•   Africa
  • Services
  • Sustainability
  • Careers
  • Search

Un moyen efficace pour attenuer les pertes dues à l’entérite nécrotique

Les pertes dues à l’entérite nécrotique sont estimées à 40% chez le poulet de chair et coûtent environ 5 cents par poulet de chair aux États-Unis. Plus de 2 milliards de dollars est le coût moyen des pertes annuelles causées par l’entérite nécrotique à l’industrie de volaille mondiale.

Auparavant, l’incorporation des niveaux sous-thérapeutiques d’antibiotiques dans les aliments pour volaille jouaient un rôle important dans la prévention de l’entérite nécrotique. L’utilisation des antibiotiques et des autres facteurs de croissance permet de modifier les populations de la microflore dans l’intestin, minimisant ainsi les risques de développement de la coccidiose et de l’entérite nécrotique. Toutefois, suite aux préoccupations des consommateurs concernant le développement des résistances des bactéries aux antibiotiques, de nombreux pays ont aujourd’hui interdit l’utilisation d’antibiotiques dans l’alimentation. Et même dans les pays où l’utilisation des antibiotiques est autorisée, les grandes entreprises préfèrent s’en passer à cause de la pression des consommateurs.

L’arrêt de l’utilisation d’antibiotiques dans l’alimentation est l’un de nombreux facteurs prédisposant à l’entérite nécrotique. Cette diminution d’utilisation des antibiotiques a eu des effets négatifs sur la moyenne quotidienne du gain en poids et sur l’indice de conversion (IC), ainsi que sur l’augmentation du nombre de cas confirmés d’entérite nécrotique. Ce qui a entrainé une augmentation de l’utilisation d’antibiotiques thérapeutiques pour traiter l’entérite nécrotique apparue chez l’animal.

Aperçu sur l’Entérite nécrotique

L’entérite nécrotique est une maladie causée par Clostridium perfringens, une bactérie anaérobique et sporadique. Les spores produites par cette bactérie sont répandues dans l’environnement et peuvent être trouvées dans le sol, l’eau, les fèces, les aliments pour animaux et les déchets de volaille. De petites quantités de C. perfringens sont naturellement présentes dans les intestins des poulets sains. La «bonne» bactérie chez un oiseau en bonne santé maintient la population de C. perfringens à un niveau insignifiant. Cependant, lorsque les conditions dans le tractus intestinal changent, la population de C. perfringens peut augmenter et une entérite nécrotique peut apparaître.

Cette maladie affecte généralement les poulets de chair âgés de deux à cinq semaines et les dindes de sept à douze semaines. Elle peut se présenter sous deux formes : une clinique et l’autre subclinique. Les symptômes de la forme clinique comprennent l’apparition des plumes ébouriffées, la dépression, l’immobilité, la diarrhée, la déshydratation et la perte d’appétit. La forme clinique peut causer des taux de mortalité élevés en quelques heures. Par contre, les symptômes de la forme subclinique de l’entérite nécrotique ne sont pas aussi reconnaissables. Les poulets affectés par la forme subclinique peuvent montrer des signes de réduction consommation et de performance, mais aucun pic de mortalité n’est observé.

Ainsi, les oiseaux souffrant d’entérite nécrotique subclinique ne sont souvent pas traités en raison d’une absence de diagnostic, ce qui entraîne des pertes économiques importantes pour le producteur.

fe8083d6-9888-4216-a7b0-79ca1f8718db

Les enzymes alimentaires renforce la santé intestinale en absence d’antibiotiques.

Les aliments à base de céréales, composés de maïs, d’orge, de seigle, d’avoine ou de blé, contiennent des polysaccharides non amylacés qui sont difficilement digérés par la volaille. L’ingestion de polysaccharides non amylacés entraîne une augmentation de la viscosité du digestat, qui impacte négativement la digestion des nutriments essentiels. Ces nutriments non digérés pénètrent dans l’intestin grêle et entraînent la croissance microbienne de C. perfringens, ce qui favorise un environnement riche en nutriments.

Les aliments riches en protéines présentent un autre facteur alimentaire prédisposant. Dans l’intestin grêle, les protéines sont décomposées en ammoniac et en amines, qui augmentent le pH et favorisent la croissance bactérienne, y compris C. perfringens. Les sources de protéines telles que la farine de poisson, la farine de viande et d’os ainsi que le tourteau de soja peuvent augmenter les risques d’entérite nécrotique chez la volaille. Ces sources de protéines contiennent certaines quantités de protéines non digestibles et d’acides aminés qui s’accumulent dans le cæcum et servent de substrat à C. perfringes pour s’accroître. Les enzymes peuvent être donc une solution efficace pour prevenir des entérites nécrotiques. Une des approches adéquates pour lutter contre l’entérite nécrotique consiste à ajouter une enzyme de protéase de haute qualité dans les aliments formulés. Les enzymes protéases peuvent réduire le risque d’entérite nécrotique en améliorant la digestion et l’absorption des nutriments.

Protéase: Optimisation de la digestibilité des protéines

L’addition d’une protéase de haute qualité, telle que CIBENZA DP100 de Novus International, permet une flexibilité maximale dans les formulations alimentaires et optimise l’énergie et la digestibilité des protéines. CIBENZA DP100 est une protéase à large spectre d’activité intrinsèquement thermostable qui complète les enzymes endogènes des animaux pour hydrolyser les protéines moins digestibles dans les aliments. Les études ont démontré que CIBENZA DP100 améliore la digestibilité des protéines alimentaires, renforce la performance des animaux et réduit les coûts d’alimentation par rapport aux autres sources de protéases.

L’introduction de CIBENZA DP100 dans la ration alimentaire des poulets améliore la digestion des protéines, permettant ainsi une moindre inclusion des protéines totales lors de la formulation des aliments. En raison de la digestion accrue des protéines, une quantité moindre de protéines non digérées peut passer dans l’intestin postérieur. Ceci peut causer, une réduction de la fermentation protéolytique qui peut conduire à son tour à la formation de produits finaux potentiellement toxiques, tels que des amines biogènes,

des composants phénoliques, de l’ammoniac et d’autres composants volatils, nuisibles à la santé et aux performances de la production des volailles.Vu que CIBENZA DP100 réduit efficacement la quantité de protéines non digérées, il minimise la disponibilité des protéines nécessaires pour la croissance de C. perfringens dans l’intestin, ce qui peut réduire significativement l’incidence de l’entérite nécrotique (Figure 2).

208f56ce-4da5-4e4b-8d4a-efaac8b31525

Conclusion

Il est important d’être proactif pour contrôler au mieux la prolifération de l’entérite nécrotique. De nombreuses mesures préventives sont suggérées pour réduire le risque initial de contracter la maladie,

telles que l’adoption de bonnes pratiques de gestion, la vaccination, l’utilisation des probiotiques, d’acides organiques et d’huiles essentielles.

Lorsque la santé intestinale est bien maitrisée, le risque de développement de C. perfringens et d’entérite nécrotique chez les poulets est minimisé. CIBENZA DP100 apporte la solution idéale pour assurer une santé optimale de l’intestin, une meilleure performance et bien-être des animaux, ainsi qu’une bonne rentabilité pour les éleveurs.

Related Resources